Tag Archives: FrancAgriMer

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°34: Mars 2017

17 Mar

FranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Mars 2017.

L’année 2017 a démarré avec une hausse des prix au cours du mois de janvier et qui s’est poursuivie en février. A la mi-février le prix du sucre brut se situe autour de 20,5 cents/livre et autour de 550 $/t pour le sucre blanc. Ce mouvement haussier est soutenu par le real qui s’est renforcé depuis janvier. Coté fondamentaux, en 2016/17, le déficit prévu par l’ISO pourrait atteindre 9 Mt. La consommation de sucre est estimée à 178 Mt, alors que la production prévue pourrait s’élever à 169 Mt. Par contre l’ISO estime qu’il existe une forte probabilité que des conditions météorologiques favorables puissent améliorer les chiffres de la production de sucre dans l’UE, en Inde, en Thaïlande, au Brésil et en Chine. Par conséquent, cette évolution pourrait mettre fin au déficit en 2017/2018.

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°33: Novembre 2016

23 Jan

sucreFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Novembre 2016.

Depuis la précédente note, la principale information sur le marché du sucre est l’inversion de la tendance haussière. Cette forte correction à la baisse pourrait être soutenue par une meilleure production mondiale de sucre prévue pour 2017/18 ainsi que par une forte diminution du déficit 2016/17 selon l’USDA (2,6 Mt, valeur brut). Il faut aussi considérer la faiblesse du real brésilien et la réduction de la position longue chez les fonds non-commerciaux. La récolte brésilienne prévue ne devrait, par ailleurs, pas décevoir. En ce qui concerne les facteurs de soutien des prix, selon le dernier rapport de l’ISO, la consommation mondiale de sucre est en croissance et les stocks se réduisent.

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°32: Septembre 2016

24 Oct

sucreFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Septembre 2016.

La hausse des prix du sucre à partir de la mi-août, s’est poursuivie en septembre 2016 quand la production de canne à sucre au Brésil diminuait par rapport aux prévisions. Cette augmentation des prix pourrait être attribuée également à la diminution de la récolte en Thaïlande et en Inde. Selon les analystes de Kingsman, à moyen terme, le prix du sucre pourrait être déterminé par la façon dont les fonds répondront aux changements de prix et du dollar. Selon l’ISO, l’offre et la demande ainsi que les capacités du marché pourraient rester à l’équilibre, notamment dans la première moitié de 2017, avec la fin de la récolte dans le Centre-Sud du Brésil.

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°31: Juin 2016

20 Juin

sucreFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Juin 2016.

Selon les prévisions du mois de mai de F.O. Licht, la production mondiale en 2015/16 octobre/septembre) pourrait atteindre 172,8 Mt contre 181,6 Mt en 2014/15. En ce qui concerne la consommation, F.O. Licht prévoit 181,1 Mt et par conséquent, en 2015/16, le marché serait déficitaire pour la première fois depuis six ans. Le déficit est estimé à 9,5 Mt contre un excédent de 2,1 Mt en 2014/15. En 2016/17, le déficit pourrait s’élever à 6,1 Mt.

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°30: Février 2016

3 Mar

sucreFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Février 2016.

Depuis le début janvier, les prix ont augmenté marquant une certaine fermeté du marché, ceci malgré une réduction récente de la position longue par des fonds non commerciaux. Cette remontée des prix est valable pour le sucre brut ainsi que pour le sucre blanc. Du côté des fondamentaux, la production s’est réduite dans la plupart des pays producteurs et pourrait affecter l’équilibre entre l’offre et la demande. En conséquence, cela devrait induire des variations sur les prix. La Chine vise à augmenter ses importations, en revanche, l’Inde pourrait réduire le volume d’exportations prévu de 4 Mt en raison des fortes baisses enregistrées dans les récoltes de cannes dues à la sécheresse. La production de sucre brésilien s’élevait à 38,9 Mt de sucre en février. En ce qui concerne le phénomène climatique ‘El Nino’ qui continue à influencer le marché du sucre, selon le Bureau australien de météorologie (BOM), ce phénomène est l’un des trois plus ravageurs dès 50 dernières années, et a atteint son apogée au cours du mois de janvier.

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°29: Novembre 2015

19 Nov

sucreFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Novembre 2015.

Les prévisions actuelles pour 2015/16 indiquent que la production mondiale de sucre devrait diminuer de manière importante et atteindre 169,4 Mt (ISO). Compte tenu de la baisse de la production et de l’augmentation progressive de la consommation au niveau mondial, le marché sera déficitaire en 2015/16 pour la première fois depuis 6 ans.

Les cours du sucre remontent assez rapidement soutenus par les dernières données en provenance du Brésil sur la météo pluvieuse dans la région du Centre Sud.

L’agence australienne « Green Pool commodities » a annoncé que le phénomène « El Nino », sera l’un des plus puissants depuis 20 ans, et devrait endommager la récolte de la canne à sucre en Inde et en Chine.

Selon ces mêmes experts australiens l’offre devrait être inférieure à la demande de 5,6 Mt en 2015/16. « El Niño », qui atteindra son pic vers la fin de l’année, pourrait réduire la production de sucre en Inde, dans l’Asie du Sud et en Amérique centrale.

La production de sucre de l’UEen 2015 devrait être de son coté en baisse d’environ 2,3 Mt pour atteindre 17,7 Mt. L’ensemencement dans l’ensemble de l’UE avait commencé de manière précoce, mais a été interrompu par les pluies dans de nombreux pays à la fin du mois de mars et au début du mois d’avril.

En ce qui concerne la production française 2014/15, la baisse de la production de sucre chez le premier producteur de l’UE devrait être moins importante que prévu, et devrait s’établir à environ 5,1 Mt.

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°29: Novembre 2015

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°28: Juillet 2015

17 Juil

sucreFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Juillet 2015.

Un nouvel affaiblissement du real brésilien a déstabilisé́ à nouveau les prix mondiaux qui dégringolent à leur plus bas niveau depuis 6 ans. La hausse du dollar et l’augmentation des positions courtes des fonds ne peuvent que renforcer la tendance baissière sur les prix.

Selon les dernières prévisions de l’ISO la production mondiale en 2014/15 devrait atteindre un record de 173,6 Mt, soit une hausse de 2,6 Mt par rapport à la campagne précédente. Cette production record pourrait être attendue malgré́ les prévisions des récoltes moins importantes au Brésil et en Chine. La consommation mondiale quant à elle devrait atteindre 171,4 Mt. Ainsi, le bilan sucrier mondial reste excédentaire pour la cinquième campagne consécutive.

En ce qui concerne la campagne 2016/17, l’ISO prévoit une croissance moyenne de la demande mondiale de sucre à 3,7 Mt, sans augmentation importante de la production. Cette situation pourrait conduire à un déficit d’environ 6 Mt.

Par contre, pour l’ISO il est encore trop tôt pour estimer les impacts négatifs possibles sur la production mondiale de sucre venant de l’arrivée éventuelle d’El Nino dans la seconde moitié de 2015.

En ce qui concerne la situation dans l’UE, la baisse des prix du sucre du quota s’est interrompue en mars et en avril dans un contexte de faibles importations.

Concernant la campagne 2015/16 dans l’UE, les pays comme la France, l’Allemagne, la Pologne et le Pays Bas et l’Espagne prévoient des réductions des surfaces en betteraves. Selon la Commission la réduction des surfaces dans l’UE en 2015/16 pourrait atteindre 14 %.

La production française 2014/15 pourrait atteindre un record 5,08 Mt (quota et hors quota). Le ralentissement des importations dans l’UE ainsi que la réduction des productions dans plusieurs états membres augmenteront la demande pour le sucre français sur le marché européen. Les exportations de sucre français en 2014/15 vers l’UE sont estimées à 1,69 Mt (+ 0,22 Mt qu’en 2013/14).

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°28: Juillet 2015

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°27: Avril 2015

20 Avr

sucreFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Avril 2015.

«En février et mars 2015, la baisse des cours mondiaux du sucre s’est poursuivie en s’amplifiant. L’augmentation du taux d’incorporation de l’éthanol dans l’essence au Brésil, de 25 % à 27 % n’a pas eu pour le moment l’effet escompté sur les prix mondiaux.

Après quatre campagnes excédentaires depuis 2010/11, la production mondiale et la consommation devraient être proches de l’équilibre en 2014/15. L’ISO prévoit ainsi un léger excédent de la balance mondiale du sucre pour la campagne en cours, alors que FO Licht de son coté prévoit un déficit modéré.

Dans l’UE, la production de sucre touche à sa fin pour la campagne actuelle, et les dernières estimations confirment un niveau supérieur à 19 Mt, lequel s’accompagnera très probablement d’un report record de sucre hors-quota en fin de campagne, dont la conséquence devrait être une réduction des semis de betteraves au printemps 2015.

Pour la 2e fois depuis 2006/07, la production française de sucre de betterave dépassera 5 Mt en 2014/15. La France sera en situation d’exporter davantage de sucre du quota pour répondre à la demande du marché UE ; la maximisation des débouchés pour le sucre industriel devrait permettre d’éviter que le report de sucre hors-quota dépasse 0,15 Mt.»

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°27: Avril 2015

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°26: Janvier 2015

27 Jan

sucreFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Janvier 2015.

«Malgré la baisse de production dans les principales régions productrices du Brésil, le marché mondial reste orienté à la baisse. Cette chute des cours a été provoquée principalement par la plus importante dépréciation depuis neuf ans du cours de la monnaie brésilienne. Plus précisément la production de sucre dans la région clé du Centre Sud du Brésil, région qui correspond à 90 % de la production nationale a chuté à 0,5 Mt en décembre, soit une baisse de 0,65 Mt par rapport à la même période de 2013 (1,150 Mt Unica).

Les effets de la sécheresse du début de l’année se sont fait sentir en cette fin de campagne cannière.

Cette faiblesse est également liée à la forte baisse du cours du pétrole, à l’abondance des disponibilités de sucre en Asie du sud-est et au démarrage rapide des récoltes en Inde et Thaïlande.

La récolte de betteraves dans l’UE s’achève. La production de sucre, estimée à 18,7 Mt, devrait donc nettement augmenter en 2014/15. Les excédents accumulés lors des campagnes précédentes continuent de peser sur les prix du sucre communautaire, en forte baisse en octobre. Néanmoins, au cours de la campagne 2014/15, les excédents devraient progressivement se résorber, en raison d’un tassement des importations et de la baisse du stock en début de campagne.

Les résultats de la récolte française devraient être très proche des records de la campagne 2011/12, grâce à un été pluvieux suivi d’un mois de septembre chaud et sec.»

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°26: Janvier 2015

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°25: Octobre 2014

15 Oct

Note de conjonctureFranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Octobre 2014.

«Les cours mondiaux du sucre ont fortement chuté de juillet à la mi-septembre sur les marchés à terme. La levée des incertitudes climatiques (El Niño, mousson indienne) et l’ampleur des disponibilités à court terme ont en effet exercé une forte pression baissière. Sur la plupart des marchés intérieurs (à l’exception du marché des USA), on retrouve également cette orientation baissière. Néanmoins la fin précoce de la récolte brésilienne dans le Centre-Sud et la perspective d’une stagnation de celle-ci lors des prochaines campagnes entretiennent l’espoir d’un redressement des cours, que l’on observe effectivement fin septembre, dans lequel les facteurs techniques jouent pour beaucoup. Les premières estimations (ISO, FO Licht) de la production mondiale de sucre pour 2014/15 ne permettent pas en effet de déceler pour le moment de facteurs de remontée durable des cours.»

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°25: Octobre 2014