Tag Archives: note de conjoncture trimestrielle

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°24: Juillet 2014

17 Juil

Conseil-specialise-de-FranceAgriMer-pour-la-filiere-sucre-FranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Juillet 2014.

« Depuis le mois d’avril, aucune orientation nette ne se dégage sur les marchés mondiaux du sucre brut comme du sucre blanc. Les cours du sucre brut restent en effet compris entre 16,5 cts et 18,25 cts la livre, tout en marquant une assez forte volatilité dans cet intervalle. Cette physionomie des prix exprime la transition d’un cycle excédentaire qui s’achèverait en 2013/14 à une campagne 2014/15, qui pourrait voir le retour d’un déficit pour la première fois depuis 2010/11, sous l’effet de conditions climatiques défavorables au Brésil et de l’éventuel impact du phénomène El Niño sur les récoltes en Inde et dans le sud-est asiatique.

Sur le marché de l’UE, les prix affichent une tendance marquée à la baisse, témoignant d’un approvisionnement très large du marché, notamment à partir de stocks élevés en début de campagne 2013/14. La hausse des surfaces et le bon potentiel de rendement fin juin ouvrent des perspectives de croissance de la production en 2014/15.

La reconstitution générale des stocks dans l’UE en 2013/14 a pesé sur les exportations françaises à destination du reste de l’UE, limitant ainsi la baisse du stock en fin de campagne 13/14. Pour le moment, les conditions sont réunies pour que la récolte 2014 dépasse celle de 2013 : hausse de 3% des surfaces, semis plutôt précoces et météo favorable au printemps. »

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°24 de Juillet 2014

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°23: Mars 2014

26 Mar

Conseil-specialise-de-FranceAgriMer-pour-la-filiere-sucre-FranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Mars 2014.

« Pour la 4è année consécutive le marché mondial du sucre restera excédentaire. Dans sa dernière estimation (février 2014) l’ISO a révisé à la baisse l’excédent de la campagne 2013/14 à 4,2 Mt (4,7 Mt en novembre 2013). Le marché est resté excédentaire depuis 2010/11, quand la production de sucre avait augmenté en raison des prix élevés. Depuis les prix du sucre ont chuté de 56 %. En 2013/14 la production devrait atteindre 181,3 Mt et la consommation du sucre devrait s’élever à 177,1 Mt.

Le facteur météo au Brésil continue d’influencer le marché mondial. Le mois de janvier a été le mois le plus sec depuis les six dernières décennies. D’importantes positions spéculatives déclenchées par la sécheresse au Brésil ont fait monter les prix de 6 % en février, soit la plus forte hausse mensuelle constatée depuis le mois de septembre. Au cours des deux premières semaines du mois de mars, les contrats à terme pour le sucre restent fermes. Le facteur brésilien reste le principal moteur du marché mondial. Au 6 mars les prix pour le sucre brut à New York sur le contrat de mai 2014 se négocie à 403,9 $/t. Le contrat de mai à Londres pour le sucre blanc s’échange à 485,70 $/t. En Inde, le gouvernement a décidé de subventionner les exportations de sucre brut à compter de mars et pour 2 campagnes, afin d’alléger le marché intérieur et de permettre le paiement des dettes des sucreries auprès des planteurs. Dans l’UE, le volume des importations, estimé à 3,3 Mt, pourrait être revu à la baisse, compte tenu des incertitudes relatives au contingent d’importation CXL brésilien (0,33 Mt) ; début mars, celui-ci reste en effet très peu utilisé, contrairement aux campagnes précédentes. Malgré ces incertitudes sur le volume des importations en 2013/14, le stock record de sucre en début de campagne garantit l’approvisionnement du marché communautaire contre toute tension; des mesures exceptionnelles ne s’avèrent donc pas nécessaires. En France, la production de sucre de betterave reste stable par rapport à la campagne précédente, soit 4,53 Mt, en raison de la hausse des surfaces et de rendements meilleurs que prévu. En revanche, la production de sucre de canne dans les DOM reculera en 2013/14. »

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°23 de Mars 2014

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°22: Novembre 2013

25 Nov

Conseil-specialise-de-FranceAgriMer-pour-la-filiere-sucre-FranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Novembre 2013.

« Flambée des prix sur les marchés à terme en octobre malgré des fondamentaux baissiers. Après une hausse à 17 cents / lb lors de la seconde décade de septembre, les prix ont dépassé les 18 cts en octobre pour atteindre 19,50 cents / lb (429,9 $/t) le 18 octobre pour retomber à 17,64 le 14 novembre. Les pluies qui se sont abattues sur le Brésil ont perturbé la récolte et ont réduit la teneur en sucre ce qui a eu comme conséquence une baisse de la production de 25 % par rapport à la première quinzaine de septembre mais également une augmentation de la part de la canne consacrée à l’éthanol. De plus, le 18 octobre, les marchés se sont affolés atteignant un pic à 20,16 cts/lb en séance suite à un incendie dans des entrepôts

du port de Santos. En juillet 2013, le prix du sucre avait pourtant atteint son niveau le plus bas depuis deux ans et demi terminant la séance du 16 juillet à 16 cts/lbs (352,73 $/t) en relation avec la perspective d’un nouvel excédent de la production mondiale pour la campagne 2013/14. L’Organisation internationale du sucre (ISO) l’estime à 4,7 Mt (en baisse

par rapport à 2012/13), ce qui n’est pas suffisant pour expliquer l’envolée des prix en octobre. La hausse d’octobre est en partie provoquée par des pluies au Brésil qui ont ralenti le rythme de la récolte de la canne à sucre. De leur côté les livraisons de sucre de la Thaïlande (deuxième exportateur mondial) pourraient augmenter durant la prochaine campagne de 15 %.

Cela pourrait plus que compenser les éventuelles difficultés au Brésil. La campagne 2012/13 s’est achevée dans l’Union Européenne avec un stock en forte hausse (2,2 à 2,3 Mt), une augmentation équivalente à l’année précédente. La production fraîche 2012/13 s’élève à 17,33 Mt. Quant à la production de la campagne 2013/14 pour l’Union européenne (UE-27), elle est estimée à 15,9 Mt, soit + 8 % par rapport à 2012/13. En 2012/13 la production française de sucre a atteint 4,6 Mt. Au cours de la campagne 2012/13, les exportations françaises de sucre marquent un recul par rapport aux campagnes précédentes ; sur l’ensemble de la campagne, elles devraient atteindre 1,8 Mt contre 2,5 à 2,2 Mt lors des 3 dernières campagnes. 2013/14 devrait connaître une légère baisse de la production, à 4,56 Mt. Pour répondre à la demande sur le marché communautaire et en l’absence d’importations exceptionnelles, la France pourrait livrer au moins 1,7 Mt, et dans ce cas de figure, le stock de fin de campagne s’établirait à 0,20 Mt en 2013/14. »

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°22 de Novembre 2013

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°21: Juin 2013

4 Juin

Conseil-specialise-de-FranceAgriMer-pour-la-filiere-sucre-FranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Juin 2013.

« L’excédent de sucre sur le marché mondial en 2012/13 est confirmé et amplifié par les dernières estimations de l’ISO (1) : l’écart entre production et consommation sera de 10 Mt, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré. La production mondiale dépassera pour la 1ère fois 180 Mt, en raison de l’excellence de la production au Brésil, au Mexique, en Thaïlande, aux USA et de sa bonne tenue en Inde, en Russie et en Chine. Les échanges mondiaux devraient reculer de manière significative et les stocks mondiaux s’alourdir.

Dans ce contexte, les prix mondiaux ont connu un nouveau décrochage en mai, en se situant à leur niveau le plus bas depuis trois ans. Avec 17 Mt, la production de sucre 2012/13 de l’UE recule de 1,7 Mt par rapport au record de l’année précédente. Fin mai 2013, 0,9 Mt de sucre sous forme d’importations exceptionnelles et de reconversion de sucre hors-quota sont venues abonder le marché du sucre alimentaire. L’approvisionnement de ce dernier est ainsi assuré et le stock de sucre du quota en fin de campagne devrait à nouveau augmenter, à plus de 2 Mt. Dans le même temps, la hausse des prix du sucre sur le marché de l’UE est interrompue depuis février. Bien qu’en baisse, le niveau de la production française de sucre de betterave (4,5 Mt contre 5 Mt) reste cependant suffisant pour participer, comme les années précédentes, à l’approvisionnement du marché communautaire tout en exportant 0,3 Mt de sucre en l’état. »

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°21 de Juin 2013

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°20: Janvier 2013

31 Jan

Conseil-specialise-de-FranceAgriMer-pour-la-filiere-sucre-FranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Janvier 2013.

« Pour la seconde année consécutive, le marché mondial du sucre sera significativement excédentaire en 2012/13, la production mondiale dépassant la consommation mondiale d’au moins 6 Mt. Compte-tenu de la hausse de la production dans les pays importateurs (en premier lieu la Chine), les échanges mondiaux de sucre pourraient se contracter fortement en 2012/13. La pression à la baisse sur les cours mondiaux pourrait donc également s’accentuer dans les prochains mois.

Dans l’Union européenne, la campagne 2011/12 s’est achevée sur un stock de sucre du quota supérieur à 1,5 Mt, pour la première fois depuis 2009 et sur un report record de sucre hors-quota (0,8 Mt). En 2012/13, l’ouverture de nouveaux contingents d’importation à droits nuls (Pérou, Colombie, Amérique Centrale) augmentera le niveau des importations. Si l’équilibre du marché du sucre du quota en 2012/13 apparaît ainsi moins tendu qu’en 2011/12, des mesures exceptionnelles ont néanmoins été adoptées par l’UE (importations et reconversion de sucre hors-quota en sucre alimentaire). Malgré une baisse (- 1,5 Mt) de la production communautaire de sucre en 2012/13, le volume disponible en sucre hors-quota (4,5 Mt) permettra d’exporter 1,35 Mt et sera également suffisant pour abonder le marché alimentaire.

La récolte betteravière française aura reculé d’au moins 3 Mt en 2012, et il en ira de même pour la production de sucre (- 0,7 Mt), sans toutefois remettre en cause les capacités d’exportation sur le reste de l’UE et sur pays-tiers. »

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°20 de Janvier 2013

Note de conjoncture trimestrielle du sucre n°19: Septembre 2012

3 Oct

FranceAgriMer vient de publier sa note de conjoncture trimestrielle sur le sucre en Septembre 2012.

« La campagne 2011/12 s’achève sur un excédent, estimé à 5,2 Mt et conduit à un redressement des stocks mon- diaux et du ratio stock sur consommation. 2012/13 s’annonce également excédentaire avec une production en progression de 2,4 %, à 177,4 Mt face une consommation estimée à 171,5 Mt. Avec la perspective d’un nouvel excédent, évalué à près de 6 Mt, les fondamentaux sont maintenant nettement baissiers. Les cours sont de fait en fort recul et sont, à la fin de l’été 2012, à leur plus bas niveau depuis 2 ans.

En Europe, l’ensemble des disponibilités sont également en forte progression en 2011/12 (production et impor- tations du fait d’importations exceptionnelles). Les mesures prises par la Commission – trois tranches d’expor- tations hors quota (pour un total de 2,1 Mt) et la revente de 650 000 tonnes de sucre hors quota sur le marché alimentaire – n’empêchent pas un report important sur 2012/13, de 862 000 tonnes alors que les stocks de sucre de quota en fin de campagne pourraient dépasser 2 Mt. Les bilans sucriers français sont mieux équilibrés même si le report augmente par rapport à 2010/11, à 0,1 Mt. »

Pour lire l’intégralité de cette note, cliquer sur l’image ou sur ce lien SADA: Note de conjoncture de Septembre 2012